Former la nouvelle intelligence
des entreprises

La Colombie, nouveau partenaire de l’EPITA

L’EPITA a officialisé la signature d’un partenariat avec l’Universidad de los Andes de Colombie. Cet accord permettra aux EPITéens de découvrir une nouvelle destination parmi les 65 déjà sélectionnables pour les étudiants du Cycle préparatoire et de Cycle ingénieur. Retour sur ce nouveau partenariat avec Rabih Haddad, directeur adjoint relations internationales à l’EPITA et responsable du Master International de l’école.

epita_relations_internationales_partenaire_colombie_continents_echanges_voyage_sejour_etudiants_projets_01.jpg

Célia Fernandez, responsable des relations Internationales et Rabih Haddad

Comment est né ce nouveau partenariat de l’EPITA, le premier avec un établissement colombien ?
Tout est parti d’un voyage organisé en novembre dernier pour représenter l’école à Bogota, lors du Colombia EURO Posgrados, un salon de l’emploi permettant aux entreprises françaises et européennes de recruter les étudiants colombiens souhaitant connaître une expérience professionnelle à l’étranger. En amont de ce déplacement, nous avions déjà tissé quelques contacts avec différents acteurs de l’enseignement supérieur colombien que nous avons pu ainsi rencontrer en parallèle lors de notre venue. Parmi eux se trouvait la vice-présidente de l’Universidad de los Andes, une très grande université de Bogota qui, une fois n’est pas coutume, propose un programme pas très éloigné de celui des écoles d’ingénieurs françaises. Il faut dire qu’on y trouve quelques enseignants français et que la vice-présidente elle-même connaît bien le système français pour avoir eu l’occasion de faire une thèse en France. De ce fait, contrairement à la grande majorité des universités étrangères, cet établissement fonctionne sur un principe assez similaire au nôtre, avec un cycle préparatoire et un cycle ingénieur. Cette proximité a logiquement abouti à un rapprochement entre l’EPITA et l’Universidad de los Andes.

L’EPITA possède désormais plus d’une soixantaine d’établissements partenaires à travers le monde. Outre la Colombie, quelles sont les dernières nations à avoir rejoint le réseau de l’école ?
Depuis dix ans, notre réseau s’est effectivement étendu bien au-delà de l’Europe et des États-Unis, avec par exemple l’ajout récemment de nouvelles universités en Afrique du Sud ou au Nigéria. Surtout, ces derniers temps, l’EPITA a développé un axe partenarial très fort avec l’Asie, en comptant sur de nouveaux établissements en Chine, Inde, Thaïlande, Malaisie, etc. En tout, ce n’est pas moins de 40 pays qui sont susceptibles d’accueillir nos étudiants de 3e année.


L’EPITA à l’International, c’est :


Comment se développe le rayonnement à l’International de l’EPITA ?
La reconnaissance de l’école passe d’abord et surtout par nos étudiants, qui démontrent leurs qualités lors du semestre à l’International ou lors des stages. Cette bonne réputation vient aussi des étudiants étrangers qui viennent suivre le Master International sur notre campus. Chaque semestre, l’EPITA accueille ainsi une trentaine d’étudiants dans le cadre de son programme d’échange et, chaque année, l’école reçoit des étudiants de près de quarante nationalités différentes. Enfin, il est évident que l’école jouit aussi de l’image de la France, de ses entreprises et « l’ingénieur à la française ».

D’autres partenariats sont-ils à venir ?
Bien sûr. Nous sommes actuellement en bonne voie pour officialiser dans les semaines et mois qui viennent plusieurs partenariats avec, par exemple, Abu Dhabi, Beyrouth et deux nouvelles villes de Malaisie. Nous allons également augmenter prochainement le nombre de double-diplômes : la demande est importante et nous comptons doubler le nombre d’établissements concernés d’ici à la fin de l’année 2016.

epita_relations_internationales_partenaire_colombie_continents_echanges_voyage_sejour_etudiants_projets_02.jpg


La dimension Internationale, un atout indispensable pour les ingénieurs d’aujourd’hui et de demain
Le temps de l’ingénieur cloîtré dans un environnement local ou national est révolu : aujourd’hui, les projets informatiques et les innovations technologiques se développent à travers le monde. « Des grands groupes ont, par exemple, des développeurs en France, en Inde, en Chine, au Mali, au Moyen-Orient, etc., note Rabih Haddad. Pour mener à bien un projet, être bon techniquement ne suffit plus, il faut aussi faire preuve d’une réelle ouverture culturelle. » Avec son approche tournée vers le monde et la diversité à l’honneur sur son campus, l’EPITA permet donc à ses étudiants de renforcer leur pratique de l’anglais, de découvrir d’autres horizons et de se préparer de la meilleure des façons à une carrière riche en expériences.

  • Catégorie : ActualitéEPITA
  • Postée le 15/02/2016
  • Lien