Former la nouvelle intelligence
des entreprises

Girls Can Code! 2016

Du 22 au 27 août, l’association Prologin organisait la 3e édition de Girls Can Code! (GCC), son stage estival proposant gratuitement aux collégiennes et lycéennes de se former à la programmation. Comme chaque année, l’EPITA mettait à disposition ses locaux, ses infrastructures informatiques et ses administrateurs systèmes pour accompagner au mieux Prologin dans cette belle aventure. Retour sur cette édition 2016 qui a rassemblé plus d’une quinzaines de jeunes filles passionnées d’informatique venues de toute la France !

retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_01.jpg

Les participantes et encadrants de ce Girls Can Code! 2016

Pour la troisième année d’existence de Girls Can Code!, l’équipe de Prologin avait vu les choses en grand. « Le nombre de participantes a quasiment doublé cette année par rapport aux deux éditions précédentes avec 17 collégiennes et lycéennes présentes, ce nous a demandé d’augmenter le nombre d’organisateurs afin de pouvoir assurer un suivi individuel pour chacune des filles », se félicite Clément Beauseigneur, vice-président de Prologin, en charge de l’organisation du stage. Aussi bien réservé aux débutantes qu’aux codeuses confirmées, GCC est conçu pour faire progresser tout le monde sans laisser quiconque sur le carreau. « Celles qui débutent ont besoin d’un soutien particulier, poursuit Clément. Ainsi, contrairement aux années précédentes, nous avons décidé de mettre en place des groupes de travail afin de répartir les participantes par niveau selon telle ou telle journée. Lors de cette nouvelle édition, les niveaux étaient d’ailleurs très hétérogènes : certaines avaient à peine écrit quelques lignes quand d’autres comptaient déjà à leur actif une centaine d’exercices réalisés sur France-ioi. On a donc préparé des TP spécifiques pour chaque groupe. Durant quelques demi-journées, nous avons également proposé des séances de TP communes où toutes les filles découvraient quelque chose de complètement nouveau pour elles. Il ne s’agissait pas alors forcément de coder, mais de découvrir comment faire du Web, du réseau, etc. »

retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_03.jpgGoogle présent pour la fête
Autre nouveauté de cette édition 2016, une demi-journée organisée en présence de trois ingénieurs de Google France, partenaire de l’événement. « Après avoir été présents en matinée pour aider un peu les participantes lors d’un TP, ils ont donné une conférence pour présenter leur travail, leur parcours, la vie en entreprise, ce qu’est le code, etc. Ils ont ensuite mangé avec nous pour échanger avec les participantes souhaitant leur poser d’autres questions. » Aux côtés de Juliette Courlet (associate Customers Solution Engineer) et d’Alejandra Estanislao (software engineer) se trouvait ainsi Benoît Zanotti, un EPITéen de la promo 2014 devenu software engineer à Google France. « Je suis venu présenter avant tout l’informatique et ce que fait un ingénieur informatique, pas uniquement ce qu’est Google, précise-t-il. Cette conférence était l’occasion de leur montrer que ça pouvait être fun et intéressant. Bien sûr, l’idée n’était pas de les convaincre de toutes faire ce choix de carrière – certaines n’en auront pas envie -, mais d’au moins leur donner les bonnes informations pour qu’elles puissent l’envisager. »

retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_02.jpg

Benoît Zanotti, Alejandra Estanislao et Juliette Courlet : trois jeunes ingénieurs de Google France venus rencontrer les participantes de GCC

Également ancien membre de Prologin, Benoît est aussi très satisfait de voir les dernières avancées accomplies par l’association. « J’étais vice-président il y a 4 ans et c’est marrant de voir à quel point l’association se développe. Girls Can Code! n’existait pas encore à mon époque et je trouve que c’est une très bonne chose. C’est important de parler de ça à des jeunes filles qui ne réalisent pas forcément ce que sont les métiers de l’informatique à cause de beaucoup de préjugés et de stéréotypes qui ne sont pas forcément vrais. Je suis tout à fait pour ce genre d’initiatives et suis content d’y prendre part ! »

Un bon moyen pour partager sa passion
Bien qu’étant toutes deux originaires de Rhône-Alpes, Élisa Rodriguez, 14 ans et Gwénaëlle Bienvenüe, 15 ans ne se connaissaient pas avant de venir passer une semaine à l’EPITA cet été. « Je suis du sud de la région et Gwénaëlle est proche de Lyon : c’est ce stage qui nous a permis de nous rencontrer ! », s’amuse Élisa qui voulait « faire un stage de programmation depuis longtemps ». Les rencontres, c’est justement ce qui attire un grand nombre de jeunes filles à GCC. « C’était l’occasion d’être avec des filles qui ont la même passion que moi – dans mon collège, je suis la seule à faire de la programmation – et une bonne opportunité pour améliorer ma façon de voir les problèmes, détaille Élisa. Je suis encore en train d’apprendre et j’ai besoin de modifier certaines choses : avoir des entraîneurs comme ceux de Prologin, avec des niveaux bien plus élevés que le nôtre, c’est très formateur ! »

retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_04.jpgPour Gwénaëlle, l’envie de faire la connaissance d’autres passionnées a été également déterminante. « J’ai découvert l’existence du stage proposé par Prologin via le site de France-ioi et me suis dit que ça pourrait être super de rencontrer des gens tout en apprenant de nouvelles choses », explique celle qui s’est intéressée au code en suivant les traces de son père. « Il fait beaucoup de programmation de son côté et c’est lui qui m’avait justement fait découvrir France-ioi. Moi, j’ai vraiment commencé à m’y mettre pour m’occuper durant un été où je m’étais fait mal à la cheville et ne pouvais pas bouger. Depuis, je ne me suis plus arrêtée ! »

La naissance de nouvelles vocations ?
Conquises par l’organisation et par le programme varié concocté par l’association (« il y a d’autres activités et ça ne nous donne pas l’impression de coder en continu, ce qui est très bien »), Élisa et Gwénaëlle ont aussi apprécié l’ambiance entre participantes et le contact avec les membres de Prologin. « Comme ils sont jeunes, les entraîneurs comprennent à peu près ce qu’on dit », poursuit Élisa. Gwénaëlle renchérit : « On ne ressent pas du tout la différence d’âge ! Tout le monde s’entend très bien et parle ensemble. Personne n’est à l’écart et les journées passent super vite : on ne voit pas les heures défiler parce qu’on s’amuse vraiment ! »

retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_05.jpgSur le point de passer en 1re, Emilie Granda a également apprécié la bonne humeur accompagnant GCC. « Le premier jour, j’étais effrayée parce que je voyais plein de gens ayant un bon niveau comparé au mien, confie la lycéenne de 17 ans (« 18 en septembre ! »). Mais en fin de compte, plus les jours passaient, plus j’apprenais. Et puis, 15 minutes seulement après le début du stage, on s’entendait déjà bien entre participantes ! » Mais plus encore que l’ambiance, c’est vraiment le fait de pouvoir cultiver sa passion qui l’a convaincue à postuler. « J’ai commencé le code il y a peu, en débutant sur Codecademy et en apprenant Java – ce qui ça m’avait bien plu. Puis j’ai découvert ce stage via un article sur le site de Madmoizelle. Je voulais découvrir d’autres choses et j’ai ainsi pu apprendre Python, un langage que je ne connaissais pas du tout et qu’on dit plus facile que Java. On a appris à faire des boucles, des variables, mais aussi à programmer certains petits trucs. » De quoi lui donner envie d’orienter ses études dans ce domaine ? « C’est marrant de voir comment fonctionne véritablement un ordinateur et toutes ces technologies qu’on utilise au quotidien, d’autant que certains métiers dans ce domaine peuvent être très intéressants. À la base, je voulais faire une licence langues étrangères, mais je réfléchis maintenant à faire des langues et de l’informatique à côté pour être touche-à-tout ! »

retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_08.jpg


retour_stage_informatique_programmation_girls-can-code_association_prologin_epita_google_france_collegiennes_lyceennes_passion_ateliers_conferences_2016_07.jpgÀ propos de Prologin :
Prologin est une association qui organise chaque année un Concours National d’Informatique, ouvert aux jeunes de 20 ans et moins. Le concours rassemble des passionnés d’informatique autour de plusieurs épreuves : une phase de sélection en ligne ouverte à tous, des épreuves régionales regroupant les meilleurs candidats locaux et enfin la grande finale, une épreuve de programmation de 36 heures non-stop, durant laquelle s’affrontent les cent meilleurs candidats. La prochaine édition du concours Prologin sera lancée mi-octobre.

Retrouvez Prologin sur son site Internet, Facebook et Twitter.

  • Catégorie : EPITA
  • Postée le 01/09/2016
  • Lien