Former la nouvelle intelligence
des entreprises

« La technologie seule ne change pas la société »

Faut-il encore présenter Joël de Rosnay ? Scientifique, prospectiviste, pionnier du surf en France, il est aujourd’hui conseiller du président d‘Universcience (Cité des sciences et de l’industrie de la Villette et Palais de la découverte) et président exécutif de Biotics International. Il est surtout connu pour ses best-sellers et son sens de l’anticipation hors du commun. Quoi de plus logique que de parler d’avenir avec cette figure scientifique, mondialement reconnue, qui traverse les années sans jamais perdre son enthousiasme ni sa foi en une société meilleure ?

Cet entretien est extrait du n°35 du IONISMag.



Comment envisagez-vous l’avenir ?

L’avenir me passionne, car c’est là que je vais passer le reste de ma vie. Je fais en sorte que les gens aient envie de l’avenir. D’un côté, il y a l’avenir souhaité – celui qu’on pourrait construire ensemble – et, de l’autre, l’avenir subi – celui proposé par les industriels, les politiques voire les religieux. Je suis pour un avenir construit ensemble, plutôt que pour un avenir subi qui met en cause les libertés humaines, le droit de chacun à s’exprimer et à se respecter.

Quelles grandes disruptions vont-elles l’émailler ?
Elles vont résulter de la convergence de plusieurs secteurs, les uns avec les autres. La disruption ne va pas reposer sur une invention ou une technologie. J’ai toujours pensé que la technologie seule ne changeait pas la société. C’est la réappropriation technologique par les citoyens qui crée des systèmes innovants qui, eux, vont modifier les habitudes, les modes de vie et de communication. Ce n’est donc pas une découverte qui va changer les choses. Mais la convergence. La convergence, par exemple, entre le biologique et l’informatique (que j’ai appelée « la biotique » en 1982), entre le numérique et l’énergétique (avec les smart grids, des grilles intelligentes qui s’adaptent à l’offre et à la demande), entre des outils portables et des outils mettables (des outils que l’on mettra sur soi pour entrer en symbiose avec l’écosystème numérique dans lequel on va vivre de plus en plus)…

« L’autre révolution en train de naître, c’est celle de l’intelligence artificielle »

Quelles révolutions sont actuellement en construction ?
Parmi les plus importantes, il y a la révolution biologique qui se poursuit. Elle a commencé avec le génie génétique, elle continue avec le clonage, le travail sur les embryons et le cerveau. Elle va se poursuivre d’une manière extraordinaire, à travers notamment l’organogénèse (la possibilité de fabriquer des organes in vitro et de les réimplanter éventuellement dans le corps), les actions sur le cerveau (des actions biologiques ou des puces implantées vont considérablement bouleverser notre façon de penser ou de mémoriser les choses). L’autre révolution, qui est en train de naître, c’est celle de l’intelligence artificielle, le deep learning, associée aux robots intelligents. Pas les robots anthropomorphes, qui vont d’ailleurs se multiplier, mais les robots algorithmiques. La révolution algorithmique, déjà à l’œuvre – on le voit avec « l’uberisation » de la société –, constitue une véritable disruption : les algorithmes mettent en relation l’offre et la demande. L’intelligence artificielle ira beaucoup plus loin. Nous allons utiliser des assistants intellectuels proactifs : des chatbots, des robots qui vont nous parler et sauront ce qu’on a fait, ce qu’on a tweeté, envoyé comme mails… Ils nous proposeront des actions, comme une sorte de majordome. Enfin, les frontières entre l’humain, la mécanique, le numérique et le biologique s’estompent de plus en plus. On voit déjà des prothèses de bras qui communiquent avec le cerveau et permettent à de lourds accidentés de saisir des objets. On verra de plus en plus d’exosquelettes pour soulever des charges immenses. Les extensions du corps dues à la mécanique, à l’électronique, au numérique et au biologique vont marquer les années à venir.

Toutes les révolutions sont-elles prévisibles ?
Elles le sont finalement toutes. Les méthodes modernes de prospective, qui jadis se fondaient sur l’extrapolation linéaire (« les vingt dernières années se passant ainsi, les vingt prochaines se dérouleront statistiquement ainsi »), sont en train d’être dépassées par les outils actuels, comme la méthode Delphi, la méthode des arbres de décision, la méthode de prévision analytique et systémique ou les simulations sur ordinateur (utilisées en climatologie). Tous ces éléments constituent des outils très puissants qui convergent vers une prospective moderne permettant de prédire l’avenir. Je le fais dans mon métier, avec ma société de conseil et pour Universcience. Si nous sommes en avance sur tant de sujets, c’est que nous faisons de la prospective systémique par analyse de tendances convergentes (PSATC), beaucoup plus puissante que la prospective traditionnelle. Cette dernière ne fonctionne plus dans l’accélération exponentielle du monde dans laquelle nous sommes rentrés. En France, nous continuons à avoir une approche cartésienne, analytique et séquentielle. Nous ne voyons pas les choses de façon globale, dans leur environnement et leur écosystème.

« Le plus important est ce qu’on fait ensemble »

Comment construit-on un futur positif ?
On ne le construit pas tout seul ! Le plus important est ce qu’on fait ensemble, en empruntant des directions vers lesquelles on veut aller et qui respectent des valeurs humaines traditionnelles : l’humanisme, la liberté, l’écoute des autres, l’altruisme, l’empathie, la générosité et la solidarité. On les voit d’ailleurs monter progressivement grâce à la mise en relation des individus, à travers les réseaux sociaux, les voyages, la multiplication des sites web… Tout ceci contribue à rapprocher les idées des gens. Construire un futur souhaitable, c’est la possibilité de communiquer, de partager et d’être solidaire, pour aller vers les grandes valeurs qui ont construit l’humanité en allant vers le positif plus que vers la guerre et la souffrance. Dans un monde très dur, il est évidemment difficile de traiter tous les malheurs. Néanmoins, on connaît les pistes. C’est ensemble que l’on y arrivera.

Le numérique est un fabuleux outil, mais il fait émerger des mastodontes, des « entreprises-États » aux pouvoirs immenses. Comment réguler cette situation ?
Il est vrai que les outils dont on dispose aujourd’hui, qui nous permettent d’être ensemble et de partager un certain nombre de valeurs pour construire le futur, sont détenus par de grandes entreprises, principalement américaines ou chinoises. Elles contrôlent en partie notre vie. Nous sommes des contributeurs à leur création de valeur ajoutée. Les images que l’on poste, les commentaires que l’on fait ou les termes que l’on recherche, tout ceci crée un Big Data que ces entreprises s’empressent de revendre très cher à d’autres. On dit souvent que Google est une entreprise de publicité. Pas du tout, c’est une plateforme d’intelligence collaborative : un écosystème qui utilise ses actionnaires, ses utilisateurs et ses partenaires pour créer de la valeur ajoutée et ensuite la revendre. Ces sociétés sont en fait des brokers, des agents intermédiaires. Je suis particulièrement intéressé par le développement de la blockchain, car elle va nous permettre d’interagir, de créer nos propres sites sans intermédiaire et de nous passer progressivement des intermédiations numériques des Gafama (Google, Facebook, Apple, Amazon et Alibaba). Il existe un autre moyen, c’est l’action des citoyens. Ces entreprises, devenues des « entreprises-États », ont, comme des nations, une capitalisation boursière qui leur permettrait de racheter l’industrie automobile française.
Leur pouvoir est énorme, elles ne paient pas d’impôts là où elles travaillent et expatrient leurs bénéfices avec des moyens à la limite de la légalité… Les États pyramidaux cherchent à leur imposer des règles fiscales, le droit à l’oubli, la possibilité pour les utilisateurs de modifier la base de données les concernant…, alors ils s’isolent, dérivent ou vont ailleurs. Que faire ? La réponse tient en un terme un peu politico-technocratique : la corégulation citoyenne participative, qui se fonde sur les mêmes outils employés par ces entreprises, des outils « de cybversion » ou de cyber-boycott. Ce sont des moyens qui ont été utilisés dans le commerce traditionnel et qui ont fonctionné, comme le boycottage d’entreprises pétrolières polluantes. On voit de plus en plus de tweets ou de réseaux de pouvoir sur Internet mettre en cause des politiciens corrompus, des journalistes véreux, des situations inacceptables ou des atteintes aux droits de l’homme. Ce n’est pas encore suffisamment fort pour lutter contre l’énorme pourvoir des lobbies mondiaux, l’énorme pouvoir des politiques pyramidales de certains régimes totalitaires. Mais c’est déjà une preuve que l’on peut aller ensemble de l’avant pour contrer ces grands monopoles numériques.

« Faire de la coéducation transgénérationnelle »

Comment bâtir une « intelligence collective augmentée » ?
En allant encore plus loin. Avec la montée de l’intelligence artificielle et des robots, on voit qu’il y a un risque pour l’homme d’être dominé par les machines. Cela fait peur à Bill Gates, Elon Musk, Stephen Hawking et à beaucoup de monde. Il existe une voie alternative. La première étape consiste à les utiliser en complémentarité avec nos travaux et nos métiers, accompagnés par le deep learning. La seconde étape vers un « hyper-humanisme » est d’être en symbiose constante avec l’écosystème ambiant, grâce aux outils que l’on porte sur nous. Pour devenir des humains avec une intelligence augmentée collaborative, au bénéfice de tous. Mais il faut se méfier de l’hyper-connexion. Si l’on est trop connecté, on n’a plus le temps d’approfondir les sujets et on passe son temps à sauter d’un sujet à l’autre, ce que fait une grande majorité de la génération des millenials. Pour créer les moyens de mise en œuvre de cette intelligence collective augmentée, il faut faire de la coéducation transgénérationnelle – ce que nous faisons déjà à Universcience, pour que l’information boulimique des plus jeunes puisse être contextualisée dans un environnement politique, économique, culturel, voire philosophique ou spirituel. C’est là que les seniors peuvent les aider, et en retour, qu’ils peuvent être aidés par les plus jeunes à mieux comprendre les interdépendances entre les applications, les logiciels et les sites.

Quels sont les codes cachés de la nature ?
Ces codes sont cachés au grand public ; les scientifiques les connaissent depuis pas mal de temps. Dans mon dernier livre, j’essaie de les expliquer et de montrer comment on peut les réutiliser pour construire le monde de demain. Ce sont la théorie du chaos de Lorenz ou le chaos déterministe, la théorie des structures fractales de Mandelbrot, les suites de Fibonacci et le nombre d’or qui en découle, des systèmes qui s’autorégulent pour arriver à des équilibres bénéfiques pour la vie (par exemple : la température moyenne du globe est de 11,5° ou la quantité de sel dans les océans est de 37,7 g/l, deux conditions nécessaires à la vie). Derrière tous ces codes, et leur aspect idéal, chacun cherche le programmateur. Certains, ils y voient la signature d’un dieu universel qui, voulant que la vie existe, a programmé tous ces codes pour qu’ils participent à l’éclosion de celle-ci et qu’elle aille vers la conscience. Au contraire, je démontre que c’est la nature qui s’autoprogramme. La mise en relation des espèces les unes avec les autres crée les conditions qui donnent les moyens de l’évolution, de son émergence et de sa poursuite. Ces codes sont un émerveillement face à l’unité de la nature. Ils sont constamment réutilisés à différents niveaux de complexité. Le scientifique émerveillé que je suis laisse place à un prospectiviste inquiet qui voit que l’homme récupère certains de ces codes, comme le code génétique ou le code source de l’intelligence artificielle, pour orienter l’évolution ou pour accroître son pouvoir. J’essaie de proposer des voies alternatives pour s’en sortir, pour faire en sorte que ceux qui souhaitent récupérer ces codes ne puissent pas y arriver et pour que nous puissions, avec ces codes et grâce à l’unité de la nature, construire un futur souhaitable plutôt qu’imposé.

« Le premier secret, c’est d’abord de vouloir vieillir, d’avoir envie de vivre très longtemps »

Qu’ont-ils en commun ?
Tous ont en commun le fait que des éléments très simples (mathématiques, physiques ou chimiques) créent de la complexité. On fait de la complexité à partir du simple : avec quelques éléments on peut construire des molécules d’une très grande complexité. Le mathématicien Benoît Mandelbrot a démontré qu’avec une formule mathématique programmable très simple et reproduite en boucle on peut construire des structures fractales qui ressemblent au vivant. Le nombre d’or est à la base de toute une série de structures (biologiques, astrophysiques, chimiques, cristaux…) et se retrouve partout. Pourquoi la nature l’utilise partout ? Qui l’a créé ?

Le hasard existe-t-il ?
Le hasard est un générateur aléatoire de diversité. On l’a très bien vu avec Darwin et l’évolution biologique : des mutations au hasard conduisent à la sélection naturelle des espèces. Mais on le voit aussi sur Internet : on sélectionne certains programmes, on les reproduit en les renvoyant à d’autres, mais se glissent des erreurs (des mutations numériques), qui font que certains programmes vont être moins bons (éliminés) ou meilleurs. On retrouve les mêmes principes qu’au niveau de la sélection naturelle. C’est aussi le cas dans un marché où une invention est une mutation. Soit les gens la récupèrent et l’achètent, soit elle est élimée. Ces notions de mutation, de changement, d’innovation, de sélection naturelle et de rôle de l’écosystème sont absolument fondamentales et essentielles. Donc le hasard est un générateur aléatoire de diversité. L’important, c’est ce qui va rester de cette diversité, soit par récupération, soit par réappropriation sociétale, soit par le fait que ce reste s’impose comme un élément indispensable pour la survie d’un produit, d’une économie ou d’une société.

Quels sont vos secrets pour bien vivre et ne pas vieillir ?
Le premier secret, c’est d’abord de vouloir vieillir, d’avoir envie de vivre très longtemps et faire ce qu’il faut pour cela, sans se pénaliser et en y prenant du plaisir. Ensuite, il faut appliquer les cinq règles très simples de l’épigénétique (la science moderne qui permet de moduler l’expression des gènes – en une semaine on peut déjà changer !) pour allumer les bons gènes et éteindre les mauvais : la nutrition équilibrée, l’exercice et le sport réguliers, le management du stress, le plaisir de faire ce que l’on fait, ainsi que l’harmonie du réseau social, familial et professionnel. Ces cinq éléments se combinent en synergie à chaque instant de votre vie quotidienne pour faire en sorte que certains produits sécrétés par cette synergie aillent dans le noyau des cellules pour allumer ou éteindre certains gènes. On peut en voir les résultats quotidiennement. Il suffit d’avoir des outils d’e-santé connectés, comme un bouton, une boucle d’oreille, une montre qui vous donnent un tableau de bord de santé personnalisé. Grâce à cela, on peut faire de la prévention quantifiable et être sûr que l’on va dans la bonne direction pour vieillir jeune et être en bonne santé. Il y a enfin la curiosité de l’esprit qui est essentielle : entraîner son cerveau en permanence par la lecture, les voyages, l’écoute des autres, en allant sur le Web, en échangeant sur les réseaux sociaux, en partageant et en se posant des questions. Et puis, il y a l’amour. L’amour de ceux avec qui vous vivez, votre conjoint(e), vos enfants…, mais surtout, votre capacité à aimer les autres. Aimer les gens, c’est essentiel pour avoir envie de construire ensemble un futur souhaitable. Sinon, on subit cet avenir. Il faut avoir le plaisir de reconnaître les différences et de partager la diversité. La construction collective ne peut se faire sans la diversité des approches. Au fond, ce sont des règles simples ! Je répète souvent que les millenials nous ont aidés à passer de la société de l’information – qui conduit à l’infobésité et à l’infopollution – à la société de la recommandation. Cette société, grâce au numérique, nous permet de rentrer dans un autre système de pertinence par rapport aux informations nécessaires pour vivre.

« C’est en partageant que l’on se comprend mieux soi-même, que l’on apprend et que l’on se construit »

Vous êtes le parrain de la prochaine promo de Ionis-STM. Quel message souhaitez-vous faire passer aux étudiants et aux jeunes générations ?
La première chose, c’est de bien savoir s’informer. Beaucoup d’étudiants se contentent uniquement de suivre leur programme pour passer leur examen. Ils lisent peu et ont peu de culture générale. Or, il faut contextualiser tout ce que l’on apprend dans une approche systémique du monde. Et nous avons aujourd’hui des outils extraordinaires d’information. J’explique souvent aux dirigeants que Twitter est l’un des meilleurs outils actuels pour s’informer. Non seulement c’est un outil d’information, mais c’est aussi un outil de stockage de ce que vous avez appris. Il faut lire la presse internationale, regarder des chaînes étrangères. Il faut parler anglais – cette génération, grâce à Internet, aux jeux vidéo et à la musique parle bien mieux anglais que ses parents. Ce sont des outils pour comprendre le monde. Ensuite, il faut partager. C’est en partageant que l’on se comprend mieux soi-même, que l’on apprend et que l’on se construit. Si on donne, on apprend. Enseigner pour un élève est la meilleure façon d’apprendre (comment vais-je le dire et le présenter ?). On ne peut pas construire son futur personnel sans avoir de valeurs. Il faut faire de sa vie un original. Beaucoup de jeunes pensent copier la vie de quelqu’un, mais il faut être capable de créer sa propre vie, en la rendant unique au quotidien, dans ce que l’on fait, dans sa relation aux autres, à la culture, au monde… Enfin, il faut faire en sorte que l’on puisse évaluer nos actions avec les autres pour savoir si l’on est sur la bonne route et si on laisse quelque chose.


Une vie tournée vers le futur
Joël de Rosnay, est un ancien chercheur et enseignant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le domaine de la biologie et de l’informatique, il a été successivement attaché scientifique auprès de l’ambassade de France aux États-Unis, directeur scientifique de la Société européenne pour le développement des entreprises (société de capital-risque) et directeur des applications de la recherche à l’Institut Pasteur. Joël de Rosnay a été élu Personnalité numérique de l’année 2012 par l’Association pour l’économie numérique (Acsel). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques destinés au grand public, dont « Le Macroscope » (Seuil, 1975), « L’Homme symbiotique, regards sur le troisième millénaire » (Seuil, 1995), « La Révolte du pronétariat » (Fayard, 2006), « 2020 les scénarios du futur » (Fayard, 2008), « Et l’Homme créa la vie : la folle aventure des architectes et des bricoleurs du vivant » avec Fabrice Papillon (LLL, 2010), « Surfer la vie » (LLL, 2012) et « Je cherche à comprendre… Les codes cachés de la nature » (LLL, 2016).

  • Catégorie : DécouverteEntreprises / emploisGroupe IONIS
  • Postée le 17/05/2017
  • Lien