Former la nouvelle intelligence
des entreprises

Sandra Ramaswami (ESME Sudria promo 2017) signe une première publication scientifique

Sandra Ramaswami (ESME Sudria promo 2017) vient de terminer son cursus spécialisé en télécommunications et Internet of Things. Mais si cette ingénieure « made in ESME Sudria » fait aujourd’hui parler d’elle, ce n’est pas pour la fin de son passage au sein de l’école, mais parce qu’elle est l’auteure principale d’une publication scientifique présentée lors de l’European Signal Processing Conference (EUSIPCO) 2017 organisé cet été en Grèce. Cette publication concerne les recherches en traitement du signal qu’elle a menées en 2016 au sein de l’entreprise Hitachi Ltd à Tokyo, dans le cadre du programme Vulcanus auquel elle participait. Une jolie récompense sur laquelle revient l’intéressée.

retour_programme_vulcanus_japon_singapour_international_publication_scientifique_etudiante_esme_sudria_eusipco_2017_hitachi_signal_traitement_ingenieure_01.jpg

Sandra Ramaswami

Comment as-tu vécu ces quelques mois passés au Japon ?
Pour moi, le programme Vulcanus s’est achevé le 30 août 2016, à mon retour en France. C’était la troisième fois que je me rendais au Japon. Du coup, je n’étais pas tellement dépaysée – j’appréciais déjà énormément la vie quotidienne sur place et m’y acclimatais même très bien. Par contre, ce programme m’a permis de découvrir un tout autre univers : le monde du travail japonais et ses business manners. J’en garde un très bon souvenir.

Quelles sont ces fameuses business manners ?
Au niveau du travail, la culture d’entreprise chez Hitachi Ltd est très portée sur l’autonomie. Ainsi, je n’évoluais pas au sein d’une équipe : mon tuteur de stage me donnait des missions que je devais ensuite réaliser de manière indépendante. Je travaillais dans un cadre de travail assez strict avec des horaires très précis. La journée commence à 8 h 30 du matin – elle s’accompagne d’une sonnerie ! – et se termine 17 h, avec une pause de 45 minutes, pas une de plus. Contrairement en France, les longues pauses café ne sont pas fréquentes là-bas. C’est le travail qui prime. Néanmoins, Hitachi Ltd mettait un point d’honneur à conserver une bonne ambiance générale que l’on pouvait observer à travers des événements organisés par l’entreprise. Ainsi, j’ai pu participer à un marathon déguisé, des ateliers d’échanges pour les internationaux, des afterworks dans les restaurants du coin et même une compétition d’avions en papier !

retour_programme_vulcanus_japon_singapour_international_publication_scientifique_etudiante_esme_sudria_eusipco_2017_hitachi_signal_traitement_ingenieure_02.jpg

Sandra entourée du groupe Vulcanus lors d’une présentation officielle

Chez Hitachi Ltd, tes travaux concernaient le traitement du signal. Peux-tu développer ?
J’ai fait beaucoup d’informatique autour de cette thématique sur laquelle j’avais déjà pu travailler à l’école. Avec mon tuteur de stage, j’ai ainsi écrit et développé un algorithme nommé ADMM-Based Audio Reconstruction for Low-Cost-Sound-Monitoring, permettant de récupérer un signal audio soit détérioré, soit incomplet, afin de le reconstruire malgré le peu d’informations disponibles. Son fonctionnement et son utilité, ainsi que les tests réalisés pour attester de son efficacité, sont d’ailleurs présents dans la publication présentée lors de l’EUSIPCO.

Justement, t’attendais-tu à devenir auteure d’une publication scientifique pendant tes études ?
Pas du tout ! D’ailleurs, ce n’était même pas mon ambition au départ : quand j’avais postulé pour suivre le programme Vulcanus et travailler chez Hitachi Ltd, je pensais d’abord à vivre une expérience professionnelle à l’étranger. J’étais très loin d’imaginer que mon superviseur verrait un tel potentiel dans mes travaux et me proposerait de travailler sur l’écriture d’un article sur cet algorithme. Sa rédaction a commencé au Japon et s’est poursuivie en France, en parallèle de ma dernière année d’études. Mon superviseur et moi avions gardé contact pour le retravailler au fur et à mesure et ensuite le soumettre à différentes conférences. C’est d’ailleurs lui qui s’est rendu en Grèce pour présenter nos recherches lors de l’EUSIPCO.

retour_programme_vulcanus_japon_singapour_international_publication_scientifique_etudiante_esme_sudria_eusipco_2017_hitachi_signal_traitement_ingenieure_03.jpg

Un petit événement de « hanami » (soit un afterwork sous les cerisiers) organisé par l’équipe de Sandra chez Hitachi Ltd

Cette expérience enrichissante au Japon t’a-t-elle confortée dans l’idée de repartir à l’étranger ?
Oui. Pour tout dire, je suis même retournée en Asie depuis quelques jours ! Par contre, je ne suis pas au Japon cette fois-ci, mais à Singapour où j’effectue un Master spécialisé en conseil et stratégie proposé par l’ESSEC. Ce choix de cursus n’est pas anodin : il fait suite à mon stage de fin d’études réalisé chez CGI Business Consulting. Cela me semble une bonne façon de concilier mon attrait pour le conseil, qui permet de diversifier les sujets et les environnements de travail tout en se positionnant sur un aspect moins technique et plus économique, et mon envie de découvrir encore davantage l’Asie !

retour_programme_vulcanus_japon_singapour_international_publication_scientifique_etudiante_esme_sudria_eusipco_2017_hitachi_signal_traitement_ingenieure_04.jpg

Un lever de soleil au sommet du Mont Fuji, immortalisé par la jeune ingénieure

  • Catégorie : ESME Sudria
  • Postée le 25/09/2017
  • Lien