Former la nouvelle intelligence
des entreprises

Vidéo Mapping Festival 2018 : e-artsup Lille bien représentée par ses étudiants !

Après avoir animé Lille pendant de nombreuses années (avec plusieurs contributions signées e-artsup), la Fête de l’Anim’ a laissé sa place en 2018 au Vidéo Mapping Festival dont la 1re édition a été célébrée lors d’un grand week-end inaugural les vendredi 23 et samedi 24 mars. À cette occasion, des étudiants du Cycle Grande École comme du Programme Bachelor du campus lillois ont pris part à l’événement en réalisant deux mappings très appréciés par le public présent : l’un sur la façade de l’Opéra et l’autre dans l’enceinte de l’École nationale supérieure des arts et métiers (Ensam).

video_mapping_festival_e-artsup_retour_campus_lille_bachelor_grande_ecole_etudiants_projets_animations_2018_01.jpgLe mapping de l’Opéra raconté par Louis Meriau (e-artsup promo 2019), étudiant en 2e année du programme Bachelor Animation & 3D

« J’étais avec des étudiants venant du dessin traditionnel et j’ai pris en charge le storyboard, l’histoire, la composition, l’ensemble des animations et des effets. Le thème ? « L’ascenseur » : à chaque arrêt il s’ouvrait sur un nouveau monde associé à une musique. Nous avions choisi le morceau « Paradise ». Notre animation débute par un tableau classique représentant le paradis et finie sur un « vieux motel pourri » nommé « Paradise ». Le plus gros défi ? Le travail en équipe avec des étudiants que l’on ne connaît pas, dont des étrangers ! Il faut apprendre des autres, découvrir les spécialités de chacun et se coordonner. »

Le mapping des arts et métiers raconté par Ilyes Nezzari (e-artsup promo 2020), étudiant en 3e année de la filière Motion Design

« Avec six étudiants dont Théo de Muer, Henri Maillard et Antoine Thibaut d’e-artsup, nous avons réalisé ce mapping sur une machine industrielle exposée à l’Ensam. Comme il s’agissait d’une machine à vapeur, nous avons eu l’idée de représenter l’évolution de l’énergie. La boucle de musique de 2 min 45 s fournie par Aleksi Aubry-Carlson rythmait le mapping. Cette machine avec des traits assez fins ne laissait pas de marge d’erreur possible à la créativité ! Une contrainte ? Faire avec le peu de surfaces disponibles. »

  • Catégorie : e-artsup
  • Postée le 16/04/2018
  • Lien