Former la nouvelle intelligence
des entreprises

Deux projets étudiants primés à Biomim’expo 2018

Rassemblant de nombreux acteurs majeurs du biomimétisme et des innovations bio-inspirées, la troisième édition du salon Biomim’expo 2018 s’est déroulée le mardi 23 octobre à la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette (Paris 19e). En marge des nombreuses conférences, tables rondes, débats, ateliers et keynotes proposées, Biomim’expo 2018 organisait également la finale du Biomim’Challenge, un concours étudiant sur le biomimétisme. Déjà récompensée en 2017 à travers la belle performance du projet Athenolive (encore présent cette année via l’intervention de Marion Canale, sa chef de projet), Sup’Biotech a une nouvelle fois brillé grâce à deux solutions innovantes portées par ses étudiants, Everlux et Mosqui’Trap, respectivement arrivées à la 1re et 3e place.


La team Everlux en train de célébrer sa victoire


Everlux, une bio-pile saine pour l’environnement

Déjà entraperçu sur le stand du Groupe IONIS lors du salon Viva Technology 2018 et porté par une équipe pluridisciplinaire d’étudiants en 5e année, Everlux développe actuellement une pile biologique microbienne. Le concept de cette bio-pile fonctionne sur la base de la dégradation d’un composant de l’urine par un micro-organisme. La réaction de dégradation permet la création d’énergie électrique au sein du système, mais aussi l’utilisation des déchets de la dégradation en tant qu’engrais naturel pour l’agriculture. « Nous sommes très heureux d’avoir eu l’opportunité de présenter EverLux et d’avoir convaincu le jury par notre approche bio-inspirée, annonce Marie Caulier (Sup’Biotech promo 2019), project manager au sein d’Everlux. Merci à l’équipe des Sup’Biotech Innovation Projects (SBIP) pour l’accompagnement et le soutien qu’ils nous ont apportés cette année ! »

L’équipe d’Everlux :

Marie Caulier (project manager), Antoine Alliaume (R&D), Tom Agnero-Rigot (R&D), Camille Kergaravat (R&D), Anne Sautereau (Production), Shanna Goulamhoussen (Marketing & Communication) et Marc Saltiel (Marketing & Communication)


 


Mosqui’Trap, un projet santé qui va faire le « buzz »

Initié par cinq étudiants de 4e année (promotion 2020), Mosqui’Trap souhaite s’inspirer des plantes carnivores afin d’attirer et de capturer les moustiques pour réduire la propagation de maladies (fièvre jaune, paludisme, dengue, zika, encéphalite japonaise, chikungunya) qui tuent chaque année plusieurs millions de personnes. S’inscrivant dans une démarche biomimétique, ce projet se présente comme une alternative naturelle aux procédés existants qui, en plus d’avoir une efficacité limitée, s’avèrent nocifs pour l’environnement. Pour arriver à ses fins, Mosqui’Trap espère impliquer à ses côtés des ONG et les populations locales afin de lutter contre ces moustiques vecteurs de maladies mortelles.

L’équipe de Mosqui’Trap :

Julien Ballbé y Sabaté (R&D, bioproduction), Mary-Amélie Masson (R&D, marketing), Pauline Mégalli (R&D, marketing), Thibaud Metais (R&D, bioproduction) et Séverine Soille (bioproduction)


  • Catégorie : Sup'BiotechVie étudiante
  • Postée le 24/10/2018
  • Lien