Former la nouvelle intelligence
des entreprises

La Project Week 2019

1 000 étudiants, 200 groupes, 8 campus et 1 seul projet gagnant. La Project Week est une compétition unique initiée par le Groupe IONIS qui permet aux étudiants en équipes transdisciplinaires de répondre à une problématique concrète posée par une grande entreprise partenaire. Pour cette 6e édition, France Télévisions Publicité leur a demandé d’imaginer les formats publicitaires vidéo de demain.

« Le rapport de l’internaute à la publicité a profondément changé ces dernières années. Perte d’attention, adblocking, croissance de la conso mobile ou encore méfiance face aux utilisations des données, tant de contraintes qui imposent désormais aux publicitaires de repenser la place de l’utilisateur dans leurs stratégies. » C’est par ces mots qu’a débuté la 6e édition de la Project Week, qui s’est déroulée 6 au 10 mai 2019 sur 8 campus du Groupe IONIS. France Télévisions Publicité a ainsi posé un défi de taille aux étudiants de marketing & communication (ISEG), d’informatique (Epitech) et de création (e-artsup) : inventer les formats publicitaires vidéo de demain.

Pendant ces 5 jours, les 1 000 étudiants étaient répartis en 200 équipes pluridisciplinaires issues de trois univers parfaitement complémentaires pour imaginer des solutions innovantes. À l’issue de cette semaine intensive de travail, chaque campus a désigné un projet pour le représenter lors de la grande finale, fin mai, dans les locaux de France Télévisions Publicité, face à un jury composé de professionnels de la régie. C’est le projet We[pub] du campus lillois qui a remporté lé compétition. Le concept ? « Donner un sens à la publicité en permettant à l’utilisateur de choisir une association à laquelle sera reversée une partie des gains engendrés par le visionnage de la publicité. Ainsi la perception de la publicité sera revue pour les utilisateurs qui y verront une possibilité d’aider des causes sans dépenser leur argent et la perte légère des gains par publicité de France Télévisions Publicité sera compensée par la désactivation d’adblock par de nombreux utilisateurs. » « Nous avons gagné car notre idée était simple à mettre en place, dans l’air du temps et bénéfique pour tous les acteurs de la publicité : le diffuseur, l’annonceur et le consommateur. » Le campus parisien est arrivé sur la deuxième marche du podium avec son projet de chatbot permettant d’expliquer à l’internaute l’intérêt de regarder des annonces publicitaires pour profiter du contenu gratuit, avec plusieurs choix. Enfin, le campus de Nantes complète le classement avec son projet de publicité sous forme de « stories » qui touchent aujourd’hui les jeunes publics.

« Un regard pertinent »

« France Télévisions Publicité est heureuse de soutenir ce concours créatif de jeunes talents initié par le Groupe IONIS, se réjouit Marianne Siproudhis, directrice générale de la régie. C’est très enrichissant de puiser nos sources d’inspiration dans la créativité des jeunes générations. Apprentis ingénieurs, marketeurs ou créatifs, ils ont imaginé ensemble la publicité digitale de demain. Notre souhait, au-delà de cette expérience, est de poursuivre notre partenariat avec ce groupe d’écoles supérieures dont les étudiants portent un regard pertinent sur les formats numériques de demain. »

« Nous avons mis au défi les étudiants de travailler sur l’expérience et les formats publicitaires de demain, explique Thomas Luisetti, directeur produits, opérations et technologies digitales de la régie publicitaire. Nous sentions que c’était très pertinent de le faire directement avec des étudiants, car c’est une nouvelle génération. Ces utilisateurs de demain sont les mieux placés pour nous dire ce qui leur ferait retrouver un rapport positif à la publicité digitale. Le fait que les équipes soient mixtes, hybrides, entre des marketeurs, des technophiles et des graphistes, est passionnant. » Un avis partagé par Emmanuel Carli, directeur général d’Epitech : « Ils travailleront dans ce contexte-là plus tard. Ils ne seront pas entre informaticiens, entre créatifs ou entre communicants, demain en entreprise. Aujourd’hui, l’enjeu pour les entreprises, c’est d’avoir cette interdisciplinarité en leur cœur. » Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle édition.

Un défi inédit
Organisée chaque année, la Project Week est un challenge national qui met la pluridisciplinarité à l’honneur. Elle réunit des étudiants de l’ISEG, d’Epitech et d’e-artsup. Dans les sept principaux campus IONIS Education Group, les élèves travaillent en équipes pluridisciplinaires sur des problématiques concrètes en reprenant les codes du design thinking, basés sur la faisabilité (technique), la viabilité (marketing) et la désirabilité (design). En 2014, ils ont imaginé et développé des applications mobiles autour de la satisfaction client. La Poste en était le partenaire en 2015 et Bouygues Construction en 2016. Pour l’édition 2017, Vente-Privée a invité les étudiants à se pencher sur la manière de faire évoluer l’expérience d’achat de ses membres et d’améliorer le taux de conversion. En 2018, Sony Music Entertainment se demandait comment dénicher de façon innovante les talents à venir.

 


« Les étudiants se sont réellement projetés comme des décideurs de demain »

Thomas Luisetti, directeur produits, opérations et technologies digitales de la régie publicitaire

Pourquoi avoir participé à cette aventure avec le Groupe IONIS ?
Chez France Télévisions Publicité nous sommes toujours heureux de pouvoir soutenir les jeunes talents. Le thème sur lequel nous avons demandé aux étudiants de travailler est central pour nous, à savoir comment faire de la publicité de manière toujours plus qualitative et toujours plus tournée vers l’utilisateur. Quoi de mieux pour imaginer de nouvelles expériences publicitaires et les formats vidéo de demain que de s’adresser directement à la jeune génération, qui est souvent la plus exigeante, et qui représente nos utilisateurs de demain ? C’est cette génération qui est la plus à même de maitriser les enjeux technologiques qui nous concernent car elle est ultra connectée et très au fait des nouveautés qu’offre le monde du digital aujourd’hui. Ce qui nous a également séduit dans l’aventure, c’est l’idée de pouvoir créer des équipes d’étudiants mixtes et hybrides, mêlant marketing, graphisme, commerce, technique… C’est de cette manière que nous nous organisons chez France Télévisions Publicité et on sait donc que ce mélange fait souvent naître de belles idées.

Qu’avez-vous pensé des projets et du niveau des étudiants ?
Les étudiants ont su comprendre notre brief et nos enjeux, et ils se sont réellement projetés comme des décideurs de demain. Leur approche marketing, technique et business et la précision des projets a été une très belle surprise pour nous. Le travail accompli en un laps de temps si court démontre bien la motivation et la rigueur des étudiants. En plus d’être clés en main, les projets ont été très bien présentés sur la forme et nous ont vraiment séduits.

Certains projets vont-ils être développés ?
Nous avons décidé de creuser plusieurs des projets finalistes qui présentent, d’après nous, un réel intérêt autant pour l’aspect commercial que pour l’image de notre entreprise. Le projet gagnant dont l’idée était de donner du sens à l’expérience publicitaire en reversant une partie du chiffre d’affaires généré à des associations choisies par l’utilisateur est totalement dans l’air du temps et en phase avec notre ADN. Nous souhaiterions d’ailleurs pouvoir exposer aux étudiants les cheminements que nous avons eu suite à leurs présentations et les freins que nous avons pu rencontrer et qu’ils n’avaient pas forcément imaginé, n’évoluant pas dans notre quotidien. Certains projets ont conforté des idées que nous avions déjà, tandis que d’autres nous ont plus surpris dans le bon sens du terme et méritent une réflexion plus approfondie.

 

  • Catégorie : e-artsupEpitechEvènement
  • Postée le 26/11/2019
  • Lien