Former la nouvelle intelligence
des entreprises

Quand la Biennale du Design de Saint-Étienne invite Romain Gerardin (e-artsup promo 2017) pour son projet Smart Area

grand_projet_e-artsup_design_interactif_smart_area_biennale_saint-etienne_03.jpgActuellement en 5e année de la filière Design Interactif, Romain Gerardin (e-artsup promo 2017) a été contacté pour participer à la 10e édition de la Biennale du design de Saint-Étienne qui se déroulait du 9 mars au 9 avril 2017. Pendant un week-end, l’étudiant a pu y présenter en avant-première Smart Area, son Grand Projet de fin d’études que le public pourra à nouveau découvrir lors de l’exposition organisée par e-artsup Paris le 8 juin prochain.

grand_projet_e-artsup_design_interactif_smart_area_biennale_saint-etienne_05.jpgPeux-tu rappeler ce qu’est la Biennale du design de Saint-Étienne ?
C’est un événement international consacré au design qui se déroule tous les deux ans. À chaque édition, la Biennale se consacre à une thématique particulière et, cette année, elle portait sur les mutations du travail. C’est dans ce cadre-là que le FabLab Open Factory de Saint-Étienne, installé dans la Cité du Design de la ville, m’a invité à l’occasion de son exposition « Tiers-lieux, fork the world ! », ces derniers se trouvant au cœur de mon Grand Projet. L’idée, c’était de pouvoir présenter mes travaux, mais aussi d’échanger avec les nombreux participants à la Biennale œuvrant sur cette même problématique.

Que sont des Tiers-Lieux ?
Pour faire simple, il s’agit d’espaces permettant à des personnes possédant une expertise différente de se rencontrer afin de travailler sur un projet commun. Cela concerne aussi bien l’Open Source, que le partage de culture, l’échange de compétences, etc.

grand_projet_e-artsup_design_interactif_smart_area_biennale_saint-etienne_02.gifPourquoi avoir orienté Smart Area sur cette thématique ?
C’est un sujet qui me parle et que j’ai pu notamment faire murir en prenant part de façon active au mouvement Nuit Debout. Avec Smart Area, j’ai voulu imaginer des zones autonomes modulaires permettant diverses activités. Grâce à une application mobile, l’utilisateur, qu’il soit un particulier ou une association, peut ainsi localiser les zones autour de lui, s’y rendre et utiliser un des modules disponibles sur place afin de proposer une activité ou d’en suivre une. S’il ne veut pas des modules présents sur la zone, il peut très bien les échanger avec d’autres modules – un support vient alors chercher les modules inutiles et apportent les modules qui intéressent l’utilisateur -, même si le but est que tous les modules soient utiles.
Les modules sont des blocs en bois de 50 cm de côté, faits avec du matériel de récupération. Chacun d’entre eux a une spécificité : en plus des modules « mère » équipés de capteurs et d’une puce GSM permettant l’envoi des données, de localiser les zones et de savoir où se situent les autres modules ainsi que leur état, il y a aussi des modules d’assise, de stockage, de jardinage, mais aussi des modules pensés comme des récupérateurs d’eau, des enceintes, des réseaux Wifi, etc. Mon Grand Projet se porte donc sur deux usages : un usage pratique, associatif ou créatif, et un usage politique, pour permettre aux habitants des zones concernées d’échanger sur l’aménagement et l’évolution de leur quartier, voire de débattre sur tel ou tel principe et sujet d’actualité.

grand_projet_e-artsup_design_interactif_smart_area_biennale_saint-etienne_04.jpgC’est, au final, une façon de remettre la cité (« polis » en grec) au cœur de la vie politique.
Exactement. C’est redonner du pouvoir au citadin avec des zones qui s’adressent à ceux qui sont porteurs de propositions comme aux curieux. D’ailleurs, Smart Area se nourrit de cela : je ne me considère pas comme le seul porteur du projet et suis ouvert à toutes collaborations permettant de l’améliorer !

Où en est le projet aujourd’hui ?
J’ai profité de ma présence à la Biennale pour discuter avec des représentants de FabLabs afin de réfléchir à la conception des modules. Je suis également en relation avec une architecte d’intérieur avec qui j’ai déjà pu réaliser des maquettes. Quant à l’application, elle est prototypée et fonctionnelle.

Retrouvez Smart Area sur smartarea.fr et Facebook

Suivez Romain Gerardin sur son site Internet, LinkedIn et Twitter

Vous pouvez également consulter son mémoire sur la page dédiée

  • Catégorie : ActualitéCa s'est passéConférence / colloque
  • Postée le 04/05/2017
  • Lien