Former la nouvelle intelligence
des entreprises

Succès historique pour Girls Can Code! 2018

Organisé chaque été depuis 2014 à Paris et depuis 2017 dans d’autres régions de France, le stage Girls Can Code! de l’association Prologin de l’EPITA en partenariat avec Google a pour vocation de faire découvrir gratuitement la programmation aux collégiennes et lycéennes via des ateliers ludiques. Pour son édition 2018 orchestrée à Nantes du 2 au 6 juillet ainsi qu’à Lyon et Paris du 27 août au 1er septembre, GCC pour les intimes a battu son record du nombre de participantes et a également pu compter sur un soutien de poids en la personne du secrétaire d’État chargé du Numérique auprès du premier ministre, Mounir Mahjoubi.



23 participantes à Paris, 26 à Lyon et 22 à Nantes : à l’heure de faire le bilan de cette édition 2018 de GCC, Paul Guénézan (EPITA promo 2021), étudiant en 2e année et président de l’association Prologin, avait forcément le sourire. « C’est une édition record, que ce soit pour le nombre de participantes sur l’édition parisienne ainsi que sur le total des régions, se réjouit-il. Et à Paris, l’âge des participantes allait de 11 à 18 ans, soit de l’entrée en sixième à l’entrée en prépa ! »

Pour lui comme pour les autres membres de l’association, le succès sans cesse grandissant de ce stage dédié à l’informatique au féminin est d’abord lié au bouche-à-oreille nourri par celles qui osent franchir le pas et à une formule équilibrée, entre acquisition de connaissances et moments de détente. « Notre chance, c’est la grande motivation des filles qui viennent faire le stage. Cela commence dès les inscriptions et se confirme durant la semaine : chaque jour, elles débordent d’envie de découvrir de nouvelles choses, de travailler sur de nouveaux sujets, d’apprendre et de progresser. Et en prenant part à GCC, elles se rendent également compte que c’est évidemment un moment partage. En effet, nous mettons un point d’honneur à ce que l’ambiance soit très détendue et conviviale ! C’est pour cela que nous proposons chaque jour des d’activités – pique-nique, jeux de rôle, parties de laser game, etc. – en plus de celles liées à l’informatique. Nous essayons vraiment de créer une cohésion de groupe. »




Cette année, les participantes de l’édition parisienne ont également eu une surprise de taille : le mardi 28 août, elles quittaient le campus EPITA du Kremlin-Bicêtre et leurs écrans d’ordinateur pour se rendre au siège du secrétariat d’État en charge du Numérique. Une journée forcément à part qui a permis à ces codeuses en herbe de rencontrer Mounir Mahjoubi, Maëlle Charreau, sa cheffe de cabinet chargée de la communication et du Parlement ainsi que Dipty Chander, présidente de l’association E-mma et Premier Service Solutions Specialist chez Microsoft. L’occasion pour les participantes de poser de nombreuses questions, tant sur le fonctionnement du ministère que sur le parcours scolaire du secrétaire d’Etat ou bien sur le sujet de la mixité dans le numérique en France. Un échange informel qui a particulièrement été apprécié par les collégiennes et lycéennes ainsi que par Mounir Mahjoubi ! « C’est un bilan très positif, juge Paul Guénézan. Cette rencontre s’est très bien passée et la majorité des filles était très contente de pouvoir poser un tas de questions ! De notre côté, cela nous a permis de parler encore un peu plus de cette initiative qui nous tient à cœur, mais aussi du Concours national d’informatique que nous organisons chaque année depuis plus de 25 ans ! »




Joël Courtois, directeur général de l’EPITA, en compagnie de Maëlle Charreau et Dipty Chander


Après cette visite, les « recrues » de l’édition parisienne ont pu retourner aux activités préparées avec soin par Prologin, l’association mettant un point d’honneur à imaginer des ateliers aussi pratiques que pertinents. « GCC existant depuis quatre ans, nous commençons maintenant à avoir une belle base de TP ludiques pour nos participantes, explique Paul. Chaque année, nous les améliorons et en créons de nouveaux – chaque TP étant imaginé par un membre de Prologin sur un sujet qu’il maîtrise. Par exemple, pour cette semaine à Paris, nous avons commencé avec des TP très simples portant sur le langage Python et les bases de l’algorithmique avant d’aller sur des sujets plus pointus. Grâce à nos sponsors et partenaires (Google, l’EPITA, l’ENS de Lyon et le Labex Milyon), nous avons également pu utiliser des micro:bits, de petits contrôleurs permettant de faire plein d’applications interactives. Nous avons aussi pu utiliser des Lego Mindstorms, prêtés par l’association Synergie de l’EPITA pour des applications de robotique. Enfin, et c’est une tradition maintenant à GCC, nous avons terminé cette semaine avec trois jours consacrés à la réalisation d’un jeu vidéo que les participantes pourront poursuivre chez elles si elles le souhaitent ! Pas de thème ici : les filles choisissent le type de jeu qu’elles veulent créer ! »

Si vous avez envie d’en savoir plus sur Girls Can Code!, rendez-vous sur son site Internet ou suivez son actualité via sa page Facebook !

Retrouvez Prologin sur son site Internet, Facebook et Twitter

Consultez également l’article d’ADN Ouest consacré à l’édition nantaise de GCC 2018 !




  • Catégorie : ActualitéCa s'est passéDécouverte
  • Postée le 05/09/2018
  • Lien